été

Il existe un champ. Les feuilles bruissent. L'herbe sèche entaille les mollets à nu. Le ciel bleu. L'été. Une odeur sèche. La chaleur ralentit la marche, ralentit tout. La pente du champ cache l'horizon. La masse des arbres masque le ciel. L'odeur âcre emplit les poumons. Le souffle se fait plus court. Des gouttes de sueur. Le champ n'en finit pas. Et cette herbe qui mord de plus en plus. Et cette eau qui coule par tous les pores.

L'arbre offre son ombre. Le souffle du vent, un peu de fraîcheur. Si peu, le champ prend des allures de montagne. Des cigales rappellent la vie. Chaque pas écrase des touffes d'herbe. Le regard se porte vers la couleur du ciel. En haut du champ le souffle se ralentit. Le cops s'assèche, lentement.

Le champ dépassé, demeure le paysage au loin. D'autres champs, d'autres arbres, d'autres bruissements.

Et le ciel qui colore tout. Un ciel de lumière qui écrase tout, qui écrase toutes choses. Un ciel d'été. Un jour comme un autre.

Un jour moite.

Fond

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site